Ce que la post-vérité fait à notre monde commun.
L’irruption de la notion de “post-vérité”, désignée comme mot de l’année 2016 par le dictionnaire d’Oxforf, a suscité beaucoup de commentaires journalistiques, notamment sur le phénomène des fake news, mais peu de réflexions de fond.
Or, cette notion ne concerne pas seulement les liens entre politique et vérité, elle brouille la distinction essentielle du vrai et du faux, portant atteinte à notre capacité à vivre ensemble dans un monde nouveau.
En questionnant les rapports conflictuel entre politique et vérité, l’auteur déconstruit nombre d’approximations et de confusions. Elle montre que le problème majeur de la politique n’est pas celui de sa conformité à la vérité mais qu’il est lié à la constitution de l’opinion publique et à l’exercice du jugement.
L’exploration “du régime de vérité” de la politique éclaire ce qui distingue fondamentalement les systèmes démocratiques, exposés en permanence à la dissolution des repères de la certitude, à la tentation du relativisme et à la transformation des “vérités de fait” en opinions, des systèmes totalitaires, où la toute-puissance de l’idéologie fabrique un monde entièrement fictif.
Loin d’enrichir le monde, “la post-vérité” appauvrit l’imaginaire social et met en cause les jugements. Il est urgent de prendre conscience de la nature et de la portée du phénomène si nous voulons en conjurer les effets éthiques et politiques.

Auteur : Myriam Revault d’Allonnes
Edition : Seuil
Nombre de pages : 144
ISBN : 978-2021383041